Confinées mais soudées : l’Open des Bretzels à Mulhouse reporté

Article de l’Alsace par Émilie JAFRATE

Aucune description disponible.

Elles devaient se retrouver sur les courts du Squash 3000 à l’occasion de l’Open des Bretzels. Mais la Covid-19 s’est invitée à la fête. La Hongroise Hanna Chukwu, la Réunionnaise Kara Lincou et les Mulhousiennes d’adoption Taba Taghavi et Léa Barbeau ont dû passer une semaine en quarantaine.

Le protocole sanitaire était pourtant drastique…

Mercredi dernier, à deux jours du début de l’Open des Bretzels sur les courts du Squash 3000, la Hongroise Hanna Chukwu apprend qu’elle est positive à la Covid-19.

Un véritable coup de massue pour la joueuse qui avait tapé la balle sur les courts mulhousiens en compagnie de Léa Barbeau, Taba Taghavi et Kara Lincou.

« Je n’en croyais pas mes yeux, confie-t-elle. Nous ne pouvons pas prendre l’avion sans un test négatif et je l’étais en décollant de Hongrie.

« En Hongrie, nous n’avons pas de compétition, excepté le championnat national que j’ai remporté pour la deuxième fois cette année. Par moments, j’ai vraiment du mal à rester motivée, à me lever tôt pour m’entraîner, faire des sessions sans objectif. À Mulhouse, j’avais la chance de jouer. J’ai tellement attendu de pouvoir arriver. Et le virus a dit non. »

Entre culpabilité et frustration

Les premiers jours de quarantaine ont été durs à digérer. Il y a eu de la culpabilité, bien entendu, et de la frustration.

« J’ai fini par comprendre que je ne pouvais rien faire à cette situation, souligne-t-elle. Au début, j’étais très effrayée aussi. C’était la deuxième fois que je voyageais seule et la première que je venais à Mulhouse. J’avais peur de ne pas réussir à m’en sortir seule. Mais Thierry Jung, le président du Mulhouse Squash Club, Léa, Taba et Kara ont été là. Tous se sont bien occupés de moi. »

Seule enfermée dans sa chambre, Hannah n’a au final presque pas vu le temps passer.

« Même si je ne tiens pas en place, j’ai fait quelques sessions de sport dans ma chambre et j’ai bien évidemment appris et amélioré mon français ! »

Lincou avec philosophie

Dans la chambre d’à côté, Kara Lincou aurait dû lancer sa carrière professionnelle sur les courts mulhousiens.

Originaire de l’Île de la Réunion – nièce d’un certain Thierry Lincou, ancien pensionnaire du Mulhouse SC et n°1 mondial – elle a vécu cette situation avec philosophie.

« Cela m’a rappelé le premier confinement. J’ai fait beaucoup de renforcement musculaire. Avec les filles, nous avons fait des visios et je commandais les repas pour Hannah.

Et puis Thierry nous a ramené plein de choses saines à manger. Tout le monde était aux petits soins. Franchement, je pense que l’on s’en rappellera ! »

Barbeau et Taghavi à l’heure du Pakistan

Même son de cloche du côté des deux Mulhousiennes d’adoption, séparées le temps d’une semaine : rattrapage de cours et renforcement musculaire aussi pour Taba Taghavi et Léa Barbeau. Une septaine qui se termine à temps pour que les deux joueuses puissent s’envoler pour un tournoi d’exhibition au Pakistan.

Un joli lot de consolation, en attendant le week-end du 26 mars, date du report de l’Open des Bretzels à Mulhouse.